Clio

Forum de ressources en sciences historiques
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 FL Qu'est ce que l'époque moderne/What is modernity?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maharbbal
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 57
Age : 34
Localisation : Los Angeles-Paris
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: FL Qu'est ce que l'époque moderne/What is modernity?   Sam 3 Mar - 6:25

GOLDSTONE Jack A. (1998) “The Problem of the ‘Early Modern’ World”, Journal of the Economic and Social History of the Orient, 41/3, 249-284.

Idea English version down bellow

Introduction
Goldstone propose ici son élégante interprétation de ce qu'est l'époque moderne (early modern period). Mais, y a-t-il eu une époque moderne pour toutes les nations et le monde en général? L'auteur affirme qu'en réalité il n'y eu pas "d'époque" et qu'elle ne fut certainement pas "moderne".

L'approche socio-culturelle
La notion d'époque moderne dérive de l'idée de modernité sociale chère aux philosophes des Lumières. Bien sûr cela implique un processus de modernisation séparant deux époques homogènes à l'échelle mondiale et fondamentalement opposées (les origines et la modernité). Le concept est maintenant perçu comme eurocentrique et chaque société s'est vue reconnaître ses structures et son histoire propre. Cependant, l'auteur ne conteste pas l'idée de modernité en tant que développement des capacités humaines.

Histoire économique
L'historiographie marxiste a assimilé la période allant de 1500 à 1850 à une transition du féodalisme vers le capitalisme. Cet Age de l'absolutisme était vu comme "posant les fondations du monde 'moderne' à venir et était donc appelée première modernité (early moderne)" (p.253)

Mais cette chronologie s'appuie sur une théorie mettant en valeur un changement dans les modes de production qui ne prit place qu'en Europe (et peut-être au Japon) et qui est totalement déconnectée des histoires politiques et culturelles. La période 1500-1850 n'a aucune signification épistémologique en Afrique, en Chine, au Moyen-Orient, en Russie et presque aucune au Japon et en Inde. "Au mieux la 'première modernité' est un code qui peut avoir une application historique mais certainement pas à l'échelle mondiale" (p.255).

Les deux visions
Y a-t-il un dénominateur économique et technique commun pour définir la 'première modernité'? "Des éléments isolés de la modernité peuvent apparaître [tôt] à différentes époques [d'Athènes à la Chine des Song] mais ceux-ci ne permettent pas de considérer ces sociétés comme pré-modernes (early modern)" (p.257). Aucune société ne peut être dite pré-moderne avant l'Angleterre du XVIIIe. Les caractéristiques de la modernité (énergie fossile, gouvernement constitutionnel et liberté religieuse) ne se trouvent jamais réunies nulle part auparavant.

D'un autre côté, la définition de la première modernité comme une économie défine par la proto-industrie, la rationalité économique (market-oriented households) et le capitalisme marchand a été victime de son succès puiqu'on l'a faite remonter jusqu'à l'Egypte des pharaons. L'histoire du monde est étonnement pleine de premières modernités. Donc, avant la Révolution Industrielle, il y avait soit trop soit pas assez de modernité. "Le terme de 'première modernité' est fondée sur une série d'erreurs et n'a aucune application utile pour l'histoire du monde" (p.261).

Les sources d'énergie
E. A. Wriglay [1] a défini comme "sociétés biologique avancées" (SBA, advanced organic societies) les groupes dont l'économie dépendait des sources biologiques d'énergie (biomasse, animaux, vent, eau, bois, toute nécessairement limitées) mais capables de dépasser certaines frontière organisationnelles limitant le développement des industries et du commerce. Seul l'usage des énergies fossiles pouvait libérer ces sociétés des contraintes posées par le manque d'espace (land shortage). Ce changement fut soudain (les sources fossiles fournissaient 5% de l'énergie mondiale en 1800 et 60% en 1900, p.263). Avant cela, toute société était confrontée à la loi des rendements décroissants. Beaucoup de sociétés n'étaient pas à "un premier stade de modernité" (.265), mais étaient certainement des SBA très développées (comme le Japon des Tokagawa).

L'émergence de l'Occident
Ce processus fut accompagné de profonds changement politiques et sociaux. Les élites se divisèrent (entre commerciales, religieuses et administratives) et les économies s'intégrèrent au marché. Comparativement, les puissances européennes étaient de nouvelles venues en tant que SBA et ce n'est pas avant 1750-1850 qu'elles parvinrent à dépasser le reste du monde grâce à des sources d'énergie à bas prix. Les Européens n'avaient rien d'exceptionnel, ils ont simplement réagit positivement aux chocs globaux de la période (comme la crise du XVIIe). Les sociétés libres acceptaient la prise de risque plus aisément et ainsi l'Angleterre put-elle bénéficier d'un unique esprit d'innovation amenant à l'invention de la machine à vapeur. Il faut noter que l'Angleterre fût environementalement chanceuse.

Conclusion
Abandonner le concept de première modernité permet de se passer des questions à propos du manque d'initiative ou de stimulis des mondes non Européens; ces régions n'étaient ni anormales, ni stagnantes. La modernité fut un "chemin particulier" suivit par une minorité de nations européennes. La notion de première modernité devrait être remplacer pas celle d'époque des SBA, mais même les plus développées des SBA n'avait rien de moderne.

[1] WRIGLEY E.A. (1988) Continuity, Chance, and Change: The Character of the Industrial Revolution in England, Cambridge: Cambridge UP.


Dernière édition par maharbbal le Mer 20 Fév - 2:52, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maharbbal
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 57
Age : 34
Localisation : Los Angeles-Paris
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: FL Qu'est ce que l'époque moderne/What is modernity?   Sam 3 Mar - 19:21

GOLDSTONE Jack A. (1998) “The Problem of the ‘Early Modern’ World”, Journal of the Economic and Social History of the Orient, 41/3, 249-284.

Introduction
Goldstone proposes here his elegant “own interpretation with minimal defence” (p.271) of what was the pre-modern world and what brought the modern one. Was there such a thing as an “early modern” period for each nation and the world in general? Goldstone argues, this period was neither “modern” nor “early”.

The socio-cultural approach
This notion derives from the idea of social modernity dear to the Enlightenments philosophers. It implied a process of modernization separating two equally world-wide homogeneous but holistically opposed phases (origins and modernity). The concept of modernization is now regarded as Eurocentric and each society is recognized its own distinctive structures and historical development. But the idea of modernity (as a development) itself is not contested.

Economic history
The Marxist historiography had recognized the period going roughly from 1500 to 1850 as a transition from feudalism to capitalism. This Age of absolutism was seen as “laying the foundations for the ‘modern’ world to come it could […] be labelled the ‘early modern world’” (p.253).

But this chronology is based on a theory singling out a shift in the modes of production that only took place in Europe (and arguably Japan) and which is totally disconnected from the political and cultural history. The periodization 1500-1850 has no significance in Africa, China, the Middle East or Russia, and hardly any for Japan and India. “At very best, ‘early modern’ is a code that has some, but certainly not global, application to world history” (p.255).

Two views
Is there any economic and technical common denominator to define “early modernity”? “Individual elements of ‘modernity’ may appear [early] in a scattering of places [from Athens to Song China], but such individual elements in isolation do not necessarily make a society […] ‘early modern’” (p.257). No place can be said politically, economically and culturally modern (be it early) before 18th century England. The features of modernity (fossil-fuel, constitutional governance and religious freedom) can never be found together anywhere before.

On the other hand, the definition of early modernity as an economy based on proto-industry, market-oriented households and merchant capitalism has been all too successful as these can be traced back all the way to pharaoh Egypt. World history is startlingly packed of “early modern” booms. Thus there is whether too much or not enough early modernity before the Industrial Revolution. “The term ‘early modern’ is founded on a series of errors, and has no useful application to world history”(p.261).

Energy
E. A. Wriglay [1] defines as “advanced organic societies” (AOSs) the groups whose economy depended on organic sources of energy (biomass, animal, wind, wood and water, all necessarily limited) but able to overcome organizational barriers to manufacturing and trade. Only the exploitation of fossil-fuel could free these societies from land shortage. And this change came on with a rush (less than 5% of primary power from fossil-fuel in 1800, over 60% in 1900, p.263). Before, any growth was to abort sooner or latter. Many societies were not “in an ‘early’ stage of becoming ‘modern’” (p.265) but were certainly AOSs (Tokugawa Japan).

The rise of the West
This process went along with deep socio-political changes with elite diversification (between spiritual, administrative and commercial) and economies’ market-integration. Comparatively Europeans powers were new comers as AOSs and only in 1750-1850 did they managed to overmatch any other part of the world thanks to cheap energy. The European conditions were not exceptional, they simply reacted positively to the global shocks of the period (17th c. crisis). Free societies were less advert toward risk-taking and thus England enjoyed a high rate of entrepreneurship leading to the invention of the steam engine.

Conclusion
Dropping the concept of early modernity allows to get rid of the questions about the lack of impetus and capacity in non-European regions; these were neither abnormal nor stagnant. Modernity was a “peculiar path” follow by a minority of European nations. The notion of early modernity should be replaced by AOSs period, but advanced and vibrant AOSs were not modern in any sense.

[1] WRIGLEY E.A. (1988) Continuity, Chance, and Change: The Character of the Industrial Revolution in England, Cambridge: Cambridge UP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
FL Qu'est ce que l'époque moderne/What is modernity?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DU moyen-âge à l'époque moderne
» Révolution scientifique et phénomène ovni
» manuel de paléographie Moderne
» Michel Foucault, Les mots et les choses
» La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clio :: Histoire/History :: Période moderne/Early Modern Period-
Sauter vers: