Clio

Forum de ressources en sciences historiques
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 FL Angleterre et traite négrière/England and the slave trade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maharbbal
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 57
Age : 34
Localisation : Los Angeles-Paris
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: FL Angleterre et traite négrière/England and the slave trade   Sam 17 Mar - 18:23

ELTIS David and ENGERMAN Stanley L. (2000) “The importance of slavery and the slave trade to industrializing Britain”, Journal of economic history, 60, 123-144.

Idea Version française en-dessous



Introduction
How important was the American slave system to the British economy of the second half of the 18th century? According to those involved in slaving ventures there was “hardly any Branch of Commerce in which this Nation is concerned that does not derive some advantage from it” (p.123). But this opinion was only put forward by parties had interest in overestimating the economic significance of the slave system at a time abolition was advocated by many.

Historians have assumed that slavery helped British capitalism to make a breakthrough to industrialism and hegemony ahead of its rivals. This was included in a larger picture presenting an aggressive and relentless use of violence by the British as a key element in their path to industrialisation.

It could have been instrumental for the Industrial Revolution (IR) in four ways:
• the plantations regions in the American were a very important market for the English goods.
• supplied cheap raw material to the British industries.
• provided larger profit for the British investors.
• helped stimulate consumerism in England.

Some elements multiplied the impact of the slave system on the domestic industries:
• demand concentrated on some key industries (iron).
• re-investment of the profits in productive ventures in England (bank, factories, canals).
• colonial products (cotton) were critical for growing industries.

The actual role of slavery in the British economy
This is consistent with Wallerstein’s world-system, where peripheries sustain the development of the core[1]. It goes also along with a vision of the English proletarians too impoverished to consume even the cheap products of their factories. The problem is that by 1670 the Barbadian planters could not have produced more than 0,5% of the GDP (p.127).

The economic weight of the Barbados grew from the equivalent of a small county in 1700 to a big one in 1800. And it was by far the most important of the English slaving regions. The growth rate of the Barbados was 1% per annum while in England it was 0.7% (p.129). Eventually, if some became rich in the Caribbean many did not and there were already many rich people in England.

The slave system in the 18th century increased only anecdotally the English productivity and specially provided merely cheaper tobacco and sugar (not heavily consumed anyway) and a few extra jobs for colons and seamen.

The share claimed by the triangular trade was trivial compared to the other branches of the long-distance trade. For its peak year (1792, long after the beginning of the IR) it accounted for 1,5% of the British ships and less than 3% of the tonnage (p.129).



Moreover, England was neither the first nor the only slaving power but was the only powerhouse of the IR. The French Caribbean significantly outpaced their English counterparts (in 1770, 17% more sugar, 9 times more coffee, 30 times more indigo, over all they produced in value 43% more, p.130). After the independence of St. Domingue (1791), the lead was taken by Cuba, Brazil and the USA. Even the growth rate of the Caribbean relative to the metropole was less than in other European examples (e.g. Cuba/Spain).

Several other industries (including food staples) generated more profit and employment than the Caribbean sugar. Some industries growth rate was faster than sugar’s (e.g. Irish flax). It was not a strategic industry either, it provided little input to other industries (cotton production took off only by 1800) unlike coal or iron. Similarly, sugar was not the only product involved in the creation of consumerism (e.g. alcohol). One possible explanation for its supposed significance is the fact that it has been particularly well documented (resources tropism).

African slave labour was certainly the most efficient form of production in the West Indies but not the only one (native and European coerced workforce were also available and used in several instances). The argument according to which the West Indies have been a key market at the moment the British industry needed it the most overlooks that British exports were very fluid, able to find demand from Europe to Asia. Moreover, the Caribbean as a market appeared late (1780s) and it is most likely that it is the IR that boosted its rise and not the contrary (p.139).

Conclusion
The slave system was an important part of the British economy and it did help its strengthening but the IR may have taken place without it. Eventually, maybe its most singular contribution was in the rise of the myth of liberty in Europe as there were no European slaves visible. This state of mind may have been the base of the rise of the modern political structure.

[1] Wallerstein Immanuel (1989) The modern world-system, 3, The second era of the great expansion of the capitalist world-economy, 1730-1840’s, San Diego: Academic Press, xi-372p.
[url]


Dernière édition par maharbbal le Mer 20 Fév - 2:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maharbbal
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 57
Age : 34
Localisation : Los Angeles-Paris
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: FL Angleterre et traite négrière/England and the slave trade   Dim 18 Mar - 19:21

ELTIS David and ENGERMAN Stanley L. (2000) “The importance of slavery and the slave trade to industrializing Britain”, Journal of economic history, 60, 123-144.



Introduction
Quel fut l'impact du système esclavagiste des colonies anglaises sur l'économie britannique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle? D'après ceux impliqués dans ce système il n'y avait "presque aucune branche du commerce en cette Nation qui n'en retire quelque avantage" (p.123). Mais cette opinion était surtout avancée par des hommes ayant un intérêt dans le trafic et qui se devait de surestimer son importance à une époque où le mouvement abolitioniste prenait de l'ampleur.

Des historiens on avancé que l'esclavage aida les débuts du capitalisme industriel britannique et sa dominition sur l'Europe dès 1750. Cela était insérer dans un tableau plus large d'une industrialisation anglaises porté par la violence et l'agressivité continuelle.

Les raisons pour lesquelles l'esclavage a pu engnedrer la Révolution Industrielle (RI):
• les plantations coloniales founir la demande nécessaire que l'Angleterre seule ne pouvait assurer.
• elles fournirent des matière première à bas prix pour les industries britanniques.
• ces investiessements très rentables ont produit d'important profits aux capitalistes britanniques.
• stimula le consumérisme en Anglais (sucre, tabac).

D'autres éléments ont multiplié l'impact du système esclavagiste sur l'économie anglaise:
• la demande coloniale s'est concentrée sur certains secteurs clefs (metallurgie).
• réinvestissement des profits dans des secteurs productives (banque, manufactures, canaux…).
• les produits coloniaux (coton) furent essentiels pour les industries naissantes.

Quel rôle pour l'esclavage dans l'iéconomie britannique?
Cette vision d'une périphérie dont l'exploitation permet le développement du centre, se réfère à la théorie du world-système de Wallerstein[1]. Elle est aussi en accord avec la vision d'un prolétariat britannique trop paupérisé pour consommer même les produits à bas prix de leurs manufactures. Le problème avec cette hypothèse est qu'en 1670 les planters de la Barbade (la colonie sucière la plus riche) ne produisaient que 0,5% du PIB anglais (p.127).

Le poids économique de la Barbade passa de l'équivalent d'un petit comté en 1700 à l'équivalent d'un grand comté en 1800. La croissance annuelle des Indes Occidentales durant la même période était de 1%, alors que celle de la métropole était de 0,7% (p.129). De plus, si certains devinrent très riche aux Caraïbes, ils ne firent que rejoindre un classe de privilégiers déjà présente en Angleterre.

Le système esclavagiste du XVIIIe siècle n'augmenta que de faàon anecdotique la productivité anglaise et, de fait, ne fournit guère plus que du sucre et du tabac (qui de toute façon ne représentaient qu'une part médiocre dans le budget des familles). Les colonies ne fournirent de plus que quelques milliers d'emplois à des contre-maîtres et des marins.

L'importance du commerce triangulaire est triviale comparé aux autres branches du commerce à longue distance. Pour son année record (1792, bien après la RI), il ne représentait que 1,5% des navires britanniques et moins de 3% de leur tonnage (p.129).

De plus, l'Angleterre n'était ni la seule ni la première puissance esclavagiste mais fut bel et bien à l'origine de la RI. Les Antilles françaises furent bien plus rentables que leurs concurrents anglais (en 1770, 17% plus de sucre, 9 fois plus de café, 30 fois plus d'indigo, et dans l'ensemble 43% de plus en valeur, p.130). Même après l'indépendance de la Dominique (1791), les Etats Unis, Cuba et le Brésil furent plus rentables que les Indes Occidentales. Même la croissance annuelle des colonies relativement à celle de la métropole palit en comparaison avec d'autres puissances européennes (par exemple Cuba par rapport à l'Espagne).

D'autres secteurs (y compris agricoles) générèrent plus de profits et d'emplois que l'industrie sucrière antillaise. Même la croissance de certains secteurs fut plus rapide (par exemple le lin irlandais). Ce n'était pas non plus un secteur stratégique, puisqu'elle ne fournissait que peu de matières premières aux industries britanniques (le coton ne devient important qu'après 1800) contrairement au charbon ou au fer. De même, le sucre ne fut pas le seul produit impliqué dans la création de la culture consumériste (par exemple, l'alcool). En fait, il semble y avoir y avoir un fort effet de source expliquant le tropisme esclavagiste de l'historiographie.



Le tavail des esclaves africains était certainement la plus efficace forme de production dans les Indes Occidentales mais certainement pas la seule option dans un état de manque de travailleur (les Amérindiens et les Européens ont aussi été employés comme force de travail servile aux Amériques). L'argument selon lequel les Caraïbes furent un marché clef à un moment où les industries anglaise naissantes avaient besoin d'une forte demande oublie que que l'économie britannique était capable de trouver des marchés en Asie et en Europe aussi. Finalement, le marché antillais n'apparaît que tard (vers 1780) et fut certainement entrainé par la RI plutôt que le contraire (p.139).

Conclusion
Le système esclavagiste était une part importante de l'économie britannique et aida effectivement à son renforcement, mas la RI aurait pu avoir lieu sans lui. Finalement, la contribution la plus singulière du système esclavagiste fut liée à l'émergence du mythe de la liberté à la source de la culture européenne rendue possible par l'absence d'esclave européen et d'esclaves sur le continent européen. En somme, cet état d'esprit est à l'origine de la culture politique moderne.

[1] Wallerstein Immanuel (1989) The modern world-system, 3, The second era of the great expansion of the capitalist world-economy, 1730-1840’s, San Diego: Academic Press, xi-372p.
[url]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
FL Angleterre et traite négrière/England and the slave trade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Video N°26 : la traite négrière Juive
» Controverse de Valladolid
» La traite négrière transatlantique résumée en une infographie de deux minutes - [Groupe Facebook]
» Vidéo abattoir en Angleterre à faire tourner !
» Notre Saint Pere Benoit XVI quitte l'Angleterre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clio :: Histoire/History :: Période moderne/Early Modern Period-
Sauter vers: